Diabète

Savoir

Le diabète, c’est quoi 

Le diabète est une maladie chronique qui empêche le corps de transformer les aliments en énergie. Normalement, notre corps convertit les aliments en sucre, ou glucose, que les cellules absorbent et transforment pour en faire l’énergie dont elles ont besoin pour fonctionner. Chez les diabétiques, le processus d’absorption est interrompu, ce qui entraîne une accumulation de sucre dans le sang.

L’accumulation de sucre dans la circulation sanguine peut causer de graves dommages à votre système cardiovasculaire. La pénurie de sucre dans le reste de vos cellules réduit la quantité d’énergie disponible dans votre corps, ce qui peut endommager des organes.
Le diabète augmente considérablement votre risque de maladie du cœur, soit de trois à cinq fois6 - en fait, 80 % des personnes diabétiques mourront d’une maladie cardiovasculaire ou d’un accident vasculaire cérébral8. Les personnes diabétiques sont aussi plus susceptibles de souffrir d’embonpoint, d’hypertension et d’hypercholestérolémie, tous d’importants facteurs de risque de la maladie cardiovasculaire.

Ce risque accru est trois fois plus important chez les femmes que chez les hommes, du fait que les femmes diabétiques sont plus susceptibles de vivre des changements défavorables qui ajoutent à leur risque de maladie du cœur. Elles ont souvent plus de gras abdominal, des taux de cholestérol supérieurs et une tension artérielle plus élevée. Les hommes diabétiques peuvent présenter certains troubles similaires, mais à un moindre degré. Le processus de vieillissement joue aussi en défaveur des femmes. À la ménopause, elles perdent de l’œstrogène, leur protection naturelle contre les maladies du cœur7.

Le fait de réduire sa consommation de sucre peut être bénéfique pour tout le monde, mais l’origine du diabète est beaucoup plus complexe que cela : il s’agit d’un groupe de maladies aux causes multiples qui sont en hausse dans plusieurs régions du Canada. Neuf millions de Canadiens sont atteints de diabète ou de prédiabète1. Les Canadiens adultes diabétiques ont deux fois plus de risques de décéder prématurément que les non-diabétiques, voyant leur espérance de vie réduite de 10 à 15 ans.

Cette vidéoconférence explique plus en détail les risques du diabète pour la santé (en anglais seulement) (Health Design Lab).

Comment le diabète agit-il?

le diabète et votre cœurEn général, les aliments que vous mangez sont transformés en sucre, ou glucose, dont votre corps a besoin. Le glucose est la principale source d’énergie pour le corps. La glycémie est la quantité de glucose présente dans le sang.

Lorsque votre glycémie est trop élevée, le pancréas (un organe situé près de l’estomac) libère une hormone appelée « insuline » pour stimuler les cellules et le foie et les inciter à absorber le glucose, ce qui a pour effet de rétablir la glycémie à un niveau normal.

Le diabète empêche le corps de fabriquer assez d’insuline ou de l’utiliser aussi bien qu’il le devrait. Dans ce cas, les sucres s’accumulent dans le sang. Un taux élevé de glucose dans le sang peut accroître l’accumulation de dépôts de gras sur les parois des vaisseaux sanguins, et ainsi rétrécir les vaisseaux et réduire le débit sanguin. Avec le temps, ces dépôts peuvent durcir ou obstruer les vaisseaux, et causer une maladie du cœur.

Vous trouverez des renseignements plus détaillés au sujet du diabète sur le site de My Favourite Medicine (en anglais seulement).

On distingue trois principaux types de diabète :

Diabète de type 1 :

  • De 5 % à 10 % des personnes diabétiques ont un diabète de type 1, la forme de diabète la plus grave.
  • Il apparaît généralement pendant l’enfance ou l’adolescence.
  • II découle d’une mauvaise réponse immunitaire qui entraîne le système immunitaire à attaquer et à détruire une partie de son propre pancréas.
  • Le diabète de type 1 nécessite souvent un traitement insulinique à vie.

Diabète de type 2 :

  • De 90 à 95 % des personnes diabétiques ont un diabète de type 2, la forme de diabète la plus courante.
  • Il touche habituellement les adultes.
  • Le pancréas produit trop peu d’insuline ou n’arrive pas à utiliser l’insuline correctement, ce qui entraîne une trop grande accumulation de glucose dans le sang.
  • Il peut être maîtrisé par des changements de mode de vie et des médicaments.

Diabète gestationnel :

Ce type de diabète survient au moment d’une grossesse en raison des changements hormonaux et du développement du fœtus qui augmentent la demande pour produire suffisamment d’insuline. Le diabète gestationnel augmente le risque d’être atteint de diabète de type 2 plus tard; 30 % des femmes souffrant d’un diabète gestationnel auront un diabète de type 2 dans les 15 ans suivant la grossesse. En prenant les mesures appropriées pour maîtriser la glycémie, l’accouchement devrait se faire sans heurts.

Prédiabète :

Le « prédiabète » est davantage considéré comme une phase de diabète que comme un type de diabète. Il se définit par des taux de glucose sanguin légèrement hors-norme ou plus élevés que la normale, sans toutefois atteindre les niveaux du diabète de type 2. Si votre médecin vous dit que vous êtes prédiabétique, cela ne signifie pas que vous être atteint de diabète.

Le prédiabète a une forte corrélation avec le diabète de type 2; on peut le prévenir ou renverser la situation en apportant des changements à son mode de vie.

Qui est à risque?

Le diabète de type 1 est moins fréquent et le risque d’en être atteint résulte souvent de facteurs externes non modifiables, comme des facteurs environnementaux ou génétiques, ce qui le rend plus difficile à prévenir. Les facteurs suivants augmentent votre risque d’être atteint de diabète de type 2 et de diabète gestationnel :

Facteur de risque de diabète de type 2 :

  • âge (avoir 40 ans ou plus)
  • antécédents familiaux (avoir un parent au premier degré atteint de diabète)
  • origine ethnique (être d’origine autochtone, latino-américaine, asiatique, sud-asiatique ou africaine)
  • être obèse ou avoir un fort tour de taille
  • avoir reçu un diagnostic de prédiabète ou de diabète gestationnel, d’hypertension, d’hypercholestérolémie ou de schizophrénie

Facteurs de risque de diabète gestationnel :

  • âge (avoir 35 ans ou plus)
  • origine ethnique (être d’origine autochtone, latino-américaine, asiatique, sud-asiatique ou africaine)
  • donner naissance à un bébé de plus de 4 kg (9 lb)
  • être obèse ou avoir un fort tour de taille
  • avoir reçu un diagnostic de diabète gestationnel, de polykystose ovarienne ou d’acanthosis nigricans (maladie de la peau)
  • prendre des corticostéroïdes

Pour savoir si vous êtes à risque, répondez à ce questionnaire sur le diabète.

Apprenez-en davantage sur les valeurs cibles normales de glycémie

Glycémie normale

La glycémie est mesurée en millimoles par litre (mmol/l).

Les diabétiques ont peu de complications quand ils maintiennent leur glycémie à un taux compris dans un intervalle de valeurs cibles. Les valeurs de glycémie normales pour les personnes diabétiques et non diabétiques sont indiquées ci-dessous.

  Glycémie cible avant un repas Glycémie cible 1 heure après le repas Glycémie cible 2 heures après un repas HbA1c cible
Chez les personnes non diabétiques 4 à 6 mmol/l   5 à 8 mmol/l 4 à 6 %
Chez les personnes diabétiques 4 à 7 mmol/l   5 à 10 mmol/l ≤ 7 %
Chez les femmes enceintes 3,8 à 5,2 mmol/l 5,5 à 7,7 mmol/l 5 à 6,6 mmol/l ≤ 6 %

Comprendre

Quels sont les symptômes du diabète?

Il est possible qu’aucun signe ou symptôme n’accompagne l’apparition du diabète de type 2, mais les symptômes suivants peuvent se manifester :

  • soif inhabituelle
  • envie fréquente d’uriner
  • prise ou perte de poids inexpliquée
  • fatigue extrême
  • perte d’énergie
  • vision floue
  • infections plus fréquentes
  • coupures ou ecchymoses (bleus) lentes à guérir
  • picotements ou engourdissements dans les mains et les pieds
  • troubles érectiles

Contactez immédiatement votre médecin si vous avez des symptômes que vous croyez associés au diabète.

Comment diagnostique-t-on le diabète?

Trois épreuves sanguines peuvent aider votre médecin à déterminer si vous êtes diabétique.

Glucose plasmatique à jeun : L’épreuve de glucose plasmatique à jeun mesure la quantité de glucose présente dans le sang lorsque vous êtes à jeun. Le jeûne consiste à ne pas manger ni boire pendant au moins 8 à 10 heures avant le prélèvement de sang. Il est toutefois permis de boire de l’eau.

Glycémie aléatoire (non à jeun) : Le prélèvement sanguin est fait à n’importe quel moment de la journée sans que vous soyez à jeun.

Épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale : Cette épreuve consiste à prélever des échantillons de sang dans un intervalle de deux heures. Le premier échantillon est prélevé immédiatement après l’ingestion d’une boisson sucrée. Puis, un deuxième échantillon est prélevé deux heures plus tard pour déterminer si vous êtes atteint de diabète.

L’épreuve de glucose plasmatique à jeun est l’examen de dépistage recommandé, mais une autre épreuve peut être utilisée en fonction d’autres facteurs de risque et de résultats antérieurs anormaux.

Si votre médecin pense que vous êtes atteint de diabète après l’épreuve de glucose plasmatique à jeun, il demandera une épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale afin de confirmer le diagnostic et de déterminer le traitement approprié. 

Agir

Comment traite-t-on le diabète?

Le traitement varie selon le type de diabète dont vous êtes atteint, vos facteurs de risque à l’égard d’autres maladies et les résultats des épreuves. Normalement, le diabète de type 2 se traite en apportant des changements au mode de vie, ce qui est tout aussi important pour maîtriser le diabète de type 1. Le fait de changer votre mode de vie peut contribuer à lui seul à réduire jusqu’à 60 % votre risque d’être atteint de diabète de type 2. Ces changements peuvent aussi aider à atténuer d’autres facteurs de risque comme l’hypertension et le cholestérol. Mais, les médicaments peuvent encore être nécessaires, notamment ceux qui ciblent les facteurs de risque10.

Comment puis-je réduire mon risque?

Personne ne sait comment prévenir le diabète de type 1, mais en portant attention à votre mode de vie, vous pouvez retarder l’apparition de tous les types de diabète ou diminuer votre risque d’en être atteint. Une saine alimentation, une activité physique régulière, une bonne gestion du poids et la prise en charge du cholestérol et de la tension artérielle peuvent aider à ralentir ou éviter l’apparition du diabète.

  • Mangez sainement en suivant le Guide alimentaire canadien. Cette vidéo explique comment manage your nutrition gérer sa nutrition (ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario).
  • Pratiquez régulièrement une activité physique. Faire au moins 150 minutes d’exercice par semaine aide à garder votre glycémie à des taux normaux et favorise le maintien d’un poids santé. Comprendre les signes précurseurs de l’hypoglycémie. Atteignez votre poids santé. L’obésité est la principale cause de diabète de type 2. Combiner activité physique et saine alimentation est la meilleure manière d’atteindre un poids santé. En fait, réduire votre poids corporel de 5 à 7 % peut prévenir de 58 à 71 % des cas de diabète11. Cette vidéo explique comme gérer son poids (ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario).

Que ce soit pour prévenir ou prendre en charge votre diabète, avoir une glycémie normale peut grandement améliorer votre santé et votre bien-être en général. Si vous ramenez votre glycémie à un niveau normal, vous allez probablement avoir plus d’énergie, mieux gérer votre poids et améliorer votre tension artérielle et vos taux de cholestérol.

En fait, une bonne prise en charge de votre glycémie vous aidera à réduire votre risque de souffrir d’autres complications, comme une maladie cardiovasculaire, un accident vasculaire cérébral, une cécité et une maladie rénale. Si vous avez déjà reçu un diagnostic de diabète, une meilleure prise en charge de votre glycémie pourrait réduire la quantité de médicaments ou d’insuline dont vous aurez besoin.

C’est possible de changer; écoutez l’histoire de Susan, et d’autres histoires vécues.

Maîtriser son diabète

Traitement médicamenteux et insulinothérapie

Peu importe votre mode de vie, si vous recevez un diagnostic de diabète de type 1, vous devrez suivre un traitement par injections d’insuline (insulinothérapie). Quatre types d’insuline sont disponibles. Celle qui vous sera prescrite dépendra de votre mode de vie, notamment de votre niveau d’activité et de vos habitudes alimentaires8.

Les quatre types d’insuline ont des temps d’activation différents après l’injection :

Action prolongée (insuline basale)

Action intermédiaire (insuline basale)

Courte action (bolus d’insuline)

Action très rapide (bolus d’insuline)

Chaque type d’insuline fait effet à une vitesse différente, atteint son pic d’action à des moments différents et a une durée d’action variable. Cette présentation vidéo (en anglais seulement) propose un aperçu de l’insuline (Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa), de son rôle, de ses effets secondaires et des temps de réponse.

L’Association canadienne du diabète fournit de plus amples renseignements sur les produits et les médicaments utilisés pour traiter le diabète.

Médicaments pour le diabète de type 2

Le diabète de type 2 se traite avec des médicaments qui aident votre corps à mieux maîtriser le taux de glucose dans le sang. Certains des médicaments de marque et des médicaments génériques offerts sont décrits dans le tableau qui suit. Le traitement médicamenteux est entrepris généralement si deux à trois mois de changements au mode de vie n’ont eu que peu ou pas d’effet pour améliorer la glycémie.

Marque (générique)

Action

À quel moment le prendre

Effets secondaires possibles

Diabeta® (glyburide)

Diamicron® (gliclazide)

Amaryl® (glimépiride)

 

 

 

GlucoNorm® (répaglinide)

Starlix® (natéglinide)

Agit directement sur le pancréas

Stimule la production d’insuline

 

Ralentit la digestion des féculents et des sucres

Prendre immédiatement avant, avec ou après un repas (jamais à l’heure du coucher)

 

Prendre avant chaque repas; ne jamais prendre sans nourriture

Hypoglycémie, prise de poids, éruption cutanée, nausées, diarrhée

 

 

 

Hypoglycémie, prise de poids, éruption cutanée, nausées, diarrhée

Januvia® (sitagliptine)

 

 

 

 

Onglyza® (saxagliptine)

 

 

 

 

 

TrajentaMC (linagliptine)

 

 

 

Agit sur l’intestin et les hormones lors de l’ingestion des aliments

Supprime la sécrétion de glucose par le foie lorsque la glycémie est élevée

Prendre un comprimé de 100 mg, 1 fois par jour, au même moment chaque jour

 

 

Prendre un comprimé de 5 mg, 1 fois par jour, au même moment chaque jour

 

 

Prendre un comprimé de 5 mg, 1 fois par jour, avec ou sans repas

Congestion nasale, mal de gorge, éruption cutanée, urticaires

 

 

 

Infection des voies respiratoires supérieures, infection des voies urinaires, mal de tête, urticaire, éruption cutanée

Toux, inflammation du nez ou de la gorge, réaction allergique

GlucobayMC (acarbose)

Ralentit la digestion des sucres

 

Hypoglycémie, flatulences, douleur à l’estomac, crampes, malaise abdominal

Glucophage®, Glumetza® (metformine)

 

 

 

 

 

 

Actos® (pioglitazone)

 

 

 

Avandia® (rosiglitazone)

 

 

 

 

 

Accroît l’efficacité de l’insuline

Diminue la production de sucre par le foie

 

 

 

 

 

Prendre 4 comprimés par jour avec les repas

Diarrhée, nausées, goût métallique en bouche, fertilité accrue

Non recommandé en cas de maladie rénale, d’insuffisance cardiaque ou d’insuffisance hépatique

 

Rétention d’eau, prise de poids

 

Plus de fractures, fertilité accrue

Non recommandé en cas d’insuffisance cardiaque ou hépatique

Victoza® (liraglutide)

 

Byetta® (exenatide)

 

 

Imite l’effet des hormones

Abaisse la glycémie

Augmente la libération d’insuline

Ralentit la production de glucose dans le foie

Injecter 1 fois par jour

 

Injecter 2 fois par jour, avant le petit déjeuner et le souper


 

Nausées, perte de poids

 

 

 

 

 

Cette présentation de l’Institut de cardiologie fait un survol des médicaments contre le diabète de type 2 (en anglais seulement).

Si vous êtes diabétique, il est important de prendre vos médicaments et d’avoir de saines habitudes de vie. Voici quelques conseils pour y arriver.

Prenez vos médicaments comme ils sont prescrits et apprenez à bien gérer votre médicationmanaging your medications (ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario) avec cette vidéo.

Apprenez à maîtriser votre diabète en participant à un programme d’information sur le diabète.

Surveillez et consignez votre taux de glucose sanguin :

  • Cible : Le glucose sanguin avant les repas doit se situer entre 4 et 6 mmol/l.
  • Cible : Le glucose sanguin 2 heures après les repas doit être inférieur à 10 mmol/l.
  • Suivez le Plan nutritionnel sain pour le cœur.
  • Soyez actif tous les jours. Être en forme physiquement diminue considérablement votre risque de mortalité prématurée.
  • Atteignez et maintenez votre poids santé.
  • Gardez vos pieds en santé : Prenez soin de vos pieds
  • Consultez votre médecin de famille ou votre spécialiste du diabète régulièrement.

Il est naturel d’avoir des questions sur ce que vous devez manger. Une diététiste peut vous aider à personnaliser votre plan de repas. Si vous avez le diabète et prenez de l’insuline, parlez-en à votre médecin de famille. Vous devrez peut-être consulter un endocrinologue (médecin spécialiste du diabète).

Surveillance de la glycémie

Le plus important pour prendre soin de vous et maîtriser votre diabète est de surveiller votre glycémie. Pour ce faire, vous devrez utiliser un appareil de mesure de la glycémie appelé « glucomètre ». Cela vous aidera à garder votre glycémie à un niveau sain.

Vous pouvez acheter un glucomètre dans une pharmacie. Assurez-vous d’en choisir un qui vous convienne. Demandez l’avis de votre pharmacien sur les glucomètres.

Avant de rentrer à la maison avec votre glucomètre, assurez-vous de savoir comment l’utiliser.

Cette vidéo peut vous aider à gérer votre glycémie (ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario).

À quelle fréquence devez-vous tester votre glycémie?

Diabète de type 1 :

Au moins trois fois par jour avec un glucomètre

Avant et après les repas

Diabète de type 2 :

Au moins une fois par jour avec un glucomètre

Le test de l’hémoglobine A1c (HbA1c) fournit le taux de glucose sanguin moyen d’une personne au cours des deux à quatre derniers mois. Le résultat montre dans quelle mesure la glycémie est demeurée stable pendant cette période. Le test doit être fait tous les trois mois. Parlez à votre médecin pour faire une demande d’analyse. 

Diabète gestationnel :

La glycémie doit être mesurée par une épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale à six semaines, puis six mois après la naissance.

Quand vous prévoyez une autre grossesse.

En l’absence de diabète, tous les trois ans (ou plus souvent selon les autres facteurs de risque)11.

Téléchargez les Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l’Association canadienne du diabète pour la prévention et le traitement du diabète au Canada.   

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Association canadienne du diabète [www.diabetes.ca].

2. Vander, A. J., Sherman, J. H., Luciano, D. S. « Physiologie humaine: les mécanismes du fonctionnement de l’organisme », 4e éd. Maloine E, Chenelière Mcgraw-Hill, juillet 2004.

3. Réseau de prévention des maladies cardiovasculaires de la région de Champlain. « Atlas of Cardiovascular Health in the Champlain Region, 2011 », mai 2011. [http://www.ccpnetwork.ca/documents/Atlas2011FINAL.pdf]

4. Faisons face au diabète. [http://www.health.gov.on.ca/fr/public/programs/diabetes/intro].

5. Réseau local d’intégration des services de santé de l’Ontario. « Stratégie de lutte contre le diabète de la région de Champlain ».

6. Clinique des lipides, 2012. 22 novembre 2012. [http://www.ottawaheart.ca/french/patients_familles/clinique-des-lipides.htm].

7. Jaglal, S., Slaughter, P.M. « Risk factors for cardiovascular disease », dans Cardiovascular Health and Services in Ontario, Toronto, Ontario, Institute for Clinical Evaluative Sciences (1999), p. 63-82.

8. Diabète. Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa, 2012. [http://www.ottawaheart.ca/french/maladie_du_coeur/diabete.htm].

9. National Diabetes Education Program [http://ndep.nih.gov/am-i-at-risk/index.aspx].

10. Fondation des maladies du cœur du Canada. « Le diabète et vous : gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. » [http://www.fmcoeur.qc.ca/site/c.kpIQKVOxFoG/b.5552527/k.CD52/Maladies_du_coeur__Le_diab232te_et_vous__G233rez_votre_mode_de_vie_R233duisez_vos_risques.htm]

11. « Les directrices de pratique clinique 2008 de l’Association canandienne du diabète pour la prévention et le traitement du diabète au Canada », Canadian Journal of Diabetes, vol. 32, no 1 (2008).