Origine ethnique

mains dans un cercleL’origine ethnique dépeint des personnes qui ont les mêmes origines culturelles ou la même ascendance géographique. Elle fait aussi référence à la race. La race ou le groupe ethnique auquel vous appartenez peut avoir une constitution génétique et environnementale qui prédispose ses membres aux maladies cardiovasculaires.

Les personnes de même ethnie ont plusieurs gènes en commun, ce qui explique pourquoi les antécédents familiaux et l’origine ethnique sont si étroitement liés. Les personnes d’ascendance similaire peuvent transmettre des mutations similaires dans leurs gènes.

Les membres des Premières nations et les personnes de descendance africaine ou asiatique sont davantage à risque d’être atteints d’une maladie du cœur.

Pourquoi ces groupes sont-ils plus à risque?

First Nations

  • L’hypertension artérielle et le diabète sont plus courants au sein de cette population.
  • Les membres des Premières nations sont jusqu’à 8 fois plus susceptibles d’être atteints du diabète que les autres adultes canadiens.
  • L’hypertension artérielle et le diabète sont tous deux très préoccupants parce que ce sont des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire.

Personnes de descendance africaine

  • L’hypertension artérielle et le diabète sont plus courants au sein de cette population.
  • Les Afro-Canadiennes, en particulier, sont plus souvent touchées.

Personnes de descendance asiatique

  • L’hypertension artérielle et le diabète sont plus courants au sein de cette population.
  • Dans ce groupe, la culture occupe une grande place dans la vie des gens, et les habitudes alimentaires – qui incluent des aliments riches en gras saturés et en sodium – sont étroitement liées à la culture.
  • Les personnes de descendance asiatique sont souvent confrontées à des barrières linguistiques, ce qui peut les empêcher de comprendre les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire auxquels ils sont exposés.
  • La barrière de la langue peut aussi empêcher les personnes asiatiques de bien comprendre les messages et les campagnes de sensibilisation sur la santé du cœur.

Des études indiquent que les membres des populations minoritaires sont moins au courant que l’usage du tabac, l’hypercholestérolémie et les antécédents familiaux augmentent leur risque de développer une maladie du cœur. Le niveau de sensibilisation peut influencer la décision d’une personne d’adopter des habitudes de vie plus saines.

Dans d’autres cas, certaines communautés ethniques sont tout simplement plus exposées ou sensibles à des facteurs de risque donnés pour des raisons moins évidentes. Des chercheurs tentent d’identifier les causes exactes, mais il se peut que des intolérances à certains aliments, comme le sel (sodium) ou le sucre, soient génétiques et non modifiables, et n’aient aucun lien avec le mode de vie ou les pratiques culturelles.